Follow us:

Nommer ses émotions en Langue des Signes Bébé

Partager: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

par le signe nommer ses emotions

Si vous avez vous-même un bébé, vous avez pu vous en rendre compte : quand il aime, c’est d’un amour absolu. Quand il est triste, il est dévasté de chagrin. Et quand il est en colère, celle-ci le possède entièrement ! Découvrez comment la Langue des Signes Bébé peut vous aider, vous et votre enfant, à apprivoiser et nommer ses émotions.

 

Les tempêtes émotionnelles : une étape normale du développement de votre bébé

Il faudra plusieurs années à un enfant pour être capable de se raisonner : ce n’est que vers 5/6 ans qu’il sera physiquement capable de commencer à exercer une logique de type cause/conséquence à ses propres ressentis. Pour faire court, dans ses premières années, le cerveau de l’enfant est dominé par son cerveau « archaïque». Il commande notamment les réactions instinctives, primales : c’est l’instinct de survie, celui qui nous dicte les réactions d’attaque ou de fuite face au danger.

Pour approfondir ce sujet, je vous invite à lire l’excellent article de Babybaboo, maman, blogueuse et psychologue : « Comprendre et accompagner les émotions de l’enfant » .

Savoir identifier et nommer les émotions chez les autres et chez soi-même, c’est une première étape vers l’empathie et la résolution non violente des situations de conflits

Ce qui nous intéresse, c’est que pour être en mesure de « raisonner » ses émotions en grandissant, la première étape… est de les reconnaître ! Savoir identifier et nommer les émotions chez les autres et chez soi-même, c’est une première étape vers l’empathie et la résolution non violente des situations de conflits.

Poser un nom, un signe sur une émotion dont l’ampleur peut être en soi effrayante pour un tout-petit, c’est se l’approprier, la rendre moins « indomptable ».

Signer et nommer ses émotions pour mieux les comprendre

Poser un nom, un signe sur une émotion dont l’ampleur peut être en soi effrayante pour un tout-petit, c’est se l’approprier, la rendre moins « indomptable ».

Savoir reconnaître et nommer ses émotions s’apprend. Et comme beaucoup d’apprentissages, celui-ci passe beaucoup par l’exemple : c’est en premier lieu aux parents de le faire. Votre bébé a cassé son jouet préféré et pleure toutes les larmes de son corps ? Expliquez lui qu’il est triste. Vous pestez au volant contre un chauffard ? Dites lui que vous êtes en colère (mas pas contre lui). Il ne s’agit pas seulement de nommer les émotion de votre enfant, mais aussi les autres : les vôtres et celles de son entourage.

Pas besoin d’attendre qu’il parle ! Il est capable de vous comprendre très tôt, bien plus tôt que ce qu’on a tendance à imaginer : dès 5-6 mois, un enfant est capable de comprendre et d’apprendre un mot. Dès son plus jeune âge il profitera de votre exemple. Et afin de rendre votre message d’autant plus clair, vous pouvez dès le début vous appuyer sur la Langue des Signes Bébé : en signant les émotions que vous verbalisez, vous « surlignez » l’importance de ces éléments. La dimension gestuelle de vos paroles capte ainsi mieux son attention, et il vous comprendra d’autant mieux.

En pratique : nommer ses émotions en Langue des Signes Bébé

langue des signes bebe thème emotions et sensations nommer ses émotionsPour transmettre à votre enfant les signes des émotions et des sensations, le problème suivant se pose : vous avez besoin d’un « exemple » d’émotion pour vous en servir comme support, mais les émotions de votre enfant sont tellement intenses que lorsqu’il les ressent, il n’est pas en mesure de vous écouter. Voici donc quelques stratégies pour contourner le problème :

Signez les émotions des autres : chacun manifeste plus ou moins ouvertement ses émotions, mais votre enfant les ressent toujours. Lorsque vous ressentez quelque chose de fort (amour, joie, tristesse, colère, dégoût, frustration…), habituez-vous à le verbaliser et le signer en même temps. Vous verrez, en plus ça fait un bien fou !

Recréez des situations vécues : par les histoires, le souvenir, ou encore avec de petits personnages ou des peluches, vous pouvez recréer une situation émotionnelle quelque temps après qu’elle ait eu lieu. L’utilisation de personnages permet de poser une distance suffisante pour exprimer en les signant les émotions des uns et des autres, sans les ressentir de manière directe.

Appuyez vous sur les livres : sans chercher à utiliser forcément un livre sur les émotions elles-mêmes, la littérature enfantine regorge d’exemples. La petite fille a peur du loup, le petit garçon est en colère que son ami soit parti en vacances sans lui, le bébé est triste d’avoir perdu sa maman… Signer les histoires leur apporte en plus une dimension visuelle qui vous permettra (peut-être) de capter suffisamment longtemps l’attention de votre tout-petit pour finir de lire la page avant qu’il ne la tourne ! 😉

Avec la formation thématique « émotions et sensations », Par Le Signe vous propose d’apprendre le vocabulaire dont vous avez besoin: les émotions (tristesse, joie, colère, frustration…), mais aussi les sensations physiques (ça pique, ça gratte, ça brûle…)

Et comme le support des livres peut être vraiment utile dans l’apprentissage du langage des émotions, voici une petite sélection adaptée aux plus jeunes:

 

Et vous, comment aidez-vous votre enfant à reconnaître les émotions qu’il ressent ?

Partager: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

A propos de

Maman passionnée par la Langue des Signes Bébé, j'ai créé "Par Le Signe" en 2016, pour aider d'autres parents à accompagner leurs enfants vers la parole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *